MON AVENTURE SPARTAN RACE

Le 05 mai dernier je participais à ma 6ème SPARTAN RACE.

The best of the best des courses à obstacles toutes confondues. De la course, des obstacles, des pénalités… tout un univers qui met à rude épreuve ton mental, ta détermination et ta force pour braver la ligne d’arrivée.

LA SPARTAN RACE m’a permis de prendre conscience de mes capacités, mais également de découvrir le CROSSFIT.

LE COMMENCEMENT

Tout a commencé en 2015, quand j’ai participé avec 3 collègues de travail à LA RUEE DES FADAS. De la course, des obstacles, du fun, de la rigolade… Une façon très sympa de passer une journée en TEAM BUILDING.

Cette course m’a fait découvrir les prémices des courses à obstacles, mais avec un manque de challenge certain (ahhhh ce côté sportif quand tu me tiens!!!!).

C’est alors que j’ai découvert LA SPARTAN RACE et que je me suis inscrite à LA SPARTAN RACE du Castellet format SUPER

En préambule et pour ce qui ne connaissant pas, LA SPARTAN RACE (tout format confondus) est la course à obstacles la plus courue au monde.

Cette course à obstacles a été lancée en 2007 en Amérique, puis repris par REEBOK (depuis 2012) qui est LE sponsor officiel.

La course, chronométrée, alterne course/trail (selon la région) et obstacles type militaire (Ramping, passage de palissades, de corde lisse, lancé de javelot, portée de sacs de sables (et mettre anglos à bancher…).

Bref, des choses que l’on ne fait pas forcément dans sa vie quotidienne ni même dans une salle de sport (à part dans une box de CROSSFIT pour la majorité des obstacles)

Il existe plusieurs formats de courses :

  • Sprint – minimum 5km et entre 20 et 23 obstacles
  • Super – minimum 12km et entre 24 et 29 obstacles 
  • Beast – minimum 18km et et entre 30 et 35 obstacles 
  • (ULTRA BEAST, HURICANE…)

La distance n’est pas limitative et une sprint peut faire 8 kilomètres, comme 5…

La particularité de cette course à obstacles c’est « la pénalité ».

Il faut passer chaque obstacle avec un seul essaie, sinon la pénalité tombe et tu dois faire 30 burpees pour pouvoir continuer ta course.

A la fin de chaque course tu gagnes bien évidemment ta médaille (bien solide et bien lourde au passage) ainsi qu’un tiers de médaille.

Le challenge très sympa est que si sur une année civile tu réalises les 3 premiers formats de courses (SPRINT, SUPER, BEAST), tu gagnes ta Trifecta“!

Tu peux alors rassembler les 3 morceaux de médailles obtenus le long de tes 3 courses pour former une nouvelle médaille!


DU CASTELLET A LA TRIFECTA


Je me rappelle encore de ce mélange de joie, de peur et d’excitation en arrivant sur le site du Castellet.

Le site était immense, il y avait des sportifs de partout qui portaient le signe de reconnaissance : Le bandeau avec le numéro de dossard.

Il y avait à ce moment là un mélange d’excitation et d’appréhension. Je me rappelle que le mental avait pris le relais (« est ce que je vais y arriver, qu’est ce que je fais là…).

Mais mon chéri, qui a fait la course avec moi, n’a pas douté de moi et m’a encouragé dans mon envie de tester cette course!

Pack du coureur récupéré, bandeau/dossard posé, heure départ vérifiée… on a rejoint rapidement la zone de départ (départ toutes les 15′) où le ton était donné dès l’éntrée : il fallait sauter une palissade pour accéder au SAS d’attente. 

Une échauffement sans grande prétention mais un speaker, costumé en spartiate avec une voix métallique, au top (d’ailleurs à ce jour il n’y est plus et manque grandement).

Un décompte et c’était parti.

De la course, des obstacles, pas mal de burpees mais un kiff de fouuu que je ne me connaissais pas! je me suis découverte une autre sportive ce jour là.

Qui aurait cru que ramper dans la boue, porter des sacs de sables, tirer des morceaux de ferrailles, essayer de monter à une corde lisse, sauter des palissades trop hautes, courir sur un circuit… pourraient me donner une satisfaction si indescriptible…

Il ne m’aura fallu que quelques semaines pour me lancer l’objectif de tenter la TRIFECTA l’année suivante

2016 l’année de ma TRIFECTA

Ma TRIFECTA sur 2016 a commencé avec la SPRINT à VALMOREL en janvier.

Un format court mais dans la neige avec un dénivelé assez impressionnant. j’ai eu la chance de faire partie de la première année du format WINTER en France. Et ça reste pour moi ma plus belle spartan aussi belle par son paysage que dure par son dénivelé et son altitude!

Un format plus rapide avec moins d’obstacles que sur ma première course mais des difficultés autres liées au terrain et à la région.

J’ai finis 6ème de ma catégorie d’âge (en open) mais mon manque de condition physique au niveau puissance musculaire m’a quelque peu déroutée!

Le point positif, voir TRES POSITIF, est que cette course m’a permis de découvrir le CROSSFIT.

J’ai alors intégré LE CROSSFIT MONTPELLIER (une des meilleures box pour moi à ce jour) dès février avec un objectif de me tonifier musculairement.

En mai, j’ai attaqué le format SUPER en Charente Maritime sur un circuit de MOTO CROSS. Première année également en France. Cette course a été très difficile par son terrain très vallonné et casse jambes à souhait. J’ai béni ces quelques mois de pratique du CROSSFIT, où certes je n’ai pas passé tous les obstacles mais avec une réussite non négligeable (dont la corde et les palissade basses et moyennes) sur certains.

J’ai fini 8ème de ma catégorie d’âge, tout en privilégiant mon binôme à la performance!

Pour la BEAST, et clôturer ma TRIFECTA, quoi de mieux que de revenir aux sources! Sans surprise une BEAST au CASTELLET pour boucle ma 4ème spartan en 1 an.

Une course difficile au niveau mental avec un dénivelé très important et un terrain très ingrat et physique (j’avais fait le semi de Lyon 3 semaines avant et Marseille-Cassisil semaine avant).

Malgré la période de l’année (Octobre) j’ai énormément souffert de la chaleur aride et je peux vous dire que j’ai connu la soif!!! Il y a eu énormément d’abandons, et souvent des profils improbables… et partir à deux nous a grandement motivé. 

Parce qu’une course à obstacle c’est aussi ça : l’entraide au delà de la performance (sauf pour les ELITES s’il vous plait). L’objectif était de partir à deux et d’arriver à deux. Un challenge assez mental pour moi car je savais que mon binôme au niveau course n’était pas très entrainé, ni adepte des distances supérieurs à 15 kil.

La vue de l’objectif final nous a motivé pour clôturer cette TRIFECTA avec fierté et courage.

J’ai finis 12ème de ma catégorie d’âge.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s