Après un marathon, place à la récupération

L’euphorie de la ligne d’arrivée passée, l’envie de refouler le bitume me chatouille très rapidement. Cependant mes erreurs passées ont façonné mes résolutions du présent.

J’ai compris qu’il est très important que je remercie mon corps pour l’effort qu’il a fourni pour m’amener jusqu’à la ligne d’arrivée, en prenant soin de lui. Et cela passe par une récupération  bien méritée.

Des articles sur la récupération il y en a des lignes et des lignes sur le net, alors je vais juste vous parler du trie que j’ai fais ces derniers mois et de ce qui marche pour moi, et qui peut également marcher pour vous ou vous servir de base pour façonner votre récupération.

Pour rappel, la course à pied fait partie des activités sportives à risque pour notre appareil locomoteur. A chaque impact au sol, le corps engendre une pression minimum de 3 fois son poids. Un effort comme le marathon amène donc des traumatismes non négligeables comme des courbatures (qui sont le résultats de micro-ruptures des fibres musculaires) et plus grave encore des blessures.

Mes règles en terme de récupération :

1 – Avant la marathon, j’anticipe ma récupération par des réserves en glucides partir de 4 jours avant (riz basmati et quinoa).

2 – Pendant le marathon je bois à minima 500 ml d’eau et m’alimente en glucide à chaque ravitaillement à partir du 10ème Kilomètre.

3 – Après le marathon, au plus tôt après le passage de la ligne d’arrivée, je m’hydrate de nouveau en eau et boissons sucrées. Puis quand j’ai faim, je privilégie les biscuits salés et les fruits frais (type orange et banane). Les heures et jours qui suivent je m’hydrate essentiellement en eau riche en sels minéraux et minéraux (ST YORRE et VITTEL) et je complète par 1 tube de SPORTENINE (Homéopathie à base d’arnica entre autre) pendant 3 jours.

4 – JE COUPE LA COURSE A PIED A MINIMA 1 SEMAINE! Cela me permet de refaire le plein d’énergie physique et mentale. Je me masse avec des huiles essentielles, le foam roller et de la récupération avec mon COMPEX (programme : Récupération après compétition).

ET puis je vois ce qui se passe, comment je me sens. Si ma tête a envie de courir, si mon corps à envie de repartir… Mon 1er run de reprise est généralement en dessous des 1H00 à une allure qui ne me met pas en alerte respiratoire. Cette sortie de reprise détermine pour moi la suite, à savoir si je me repose encore ou si je peux petit à petit reprendre mes sorties hebdomadaires.

Pendant cette semaine de pause, si votre forme physique le permet vous pouvez vous autoriser à dose très raisonnable de pratiquer un peu de natation et/ou du vélo qui sont des sports portés et moins traumatisant. Pour ma part j’y pense, mais je ne m’y suis pas encore mise.

A suivre…

 

PAROLES DE RUNNEUSE : Article non figé et évolutif

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s